• vikingnwr

Marcher dans tous les sens

Dernière mise à jour : janv. 9



J'évoque souvent les plaisirs de la marche nordique "en conscience" dans la nature. En conscience de son mouvement, de ses sensations, à l'écoute aussi de tous ses sens. Un nouvelle belle sortie vient de me donner l'occasion d'en passer quelques-uns en revue dans un environnement hivernal.




Un long chemin plat, parcouru à un rythme soutenu m'incite à respirer à pleins poumons. En arrivant au niveau d'une "haie d'honneur boisée" en bord du chemin, je suis envahi par l'odeur du bois coupé. C'est un de ces moments de "petit bonheur" qui participent au plaisir d'une belle sortie. Aller, je m'arrête pour en profiter un peu plus longtemps et prendre une photo pour immortaliser ce moment. Je me dis, en repartant, que finalement la nature apprécie d'être entretenue pour exhaler ses odeurs. En été, c'est plutôt l'herbe coupée et le foin qui nous gratifient de leurs effluves. Ça me fait penser aussi à l'odeur de mûres qui m'avaient inspiré un Haiku estival.


La vue est bien sûr à la fête avec la variété des parcours et des panoramas. C'est ce qui me motive à changer régulièrement de secteur et d'itinéraire pour "voir autre chose" le plus souvent possible. Je suis malgré tout toujours heureux de retrouver un site que j'apprécie particulièrement, parfois tout simple comme cette petite mare.


Quand on a de la chance, ce sont les animaux qui assurent le spectacle, pour le marcheur attentif. Une raison supplémentaire de lever la tête et ne surtout pas regarder le bout de ses chaussures en marchant. J'ai encore été récompensé aujourd'hui par un chevreuil qui m'a fait les honneurs de son passage et d'un petit regard étonné, tranquillement, à une vingtaine de mètres en travers du chemin devant moi. Mais là, je n'ai pas eu le temps de dégainer pour la photo !


Je n'ai pas eu grand-chose à me mettre dans l'oreille au début de la sortie en dehors du bruit des voitures au départ, sur la voie rapide qui borde la forêt, très vite transformé en un vague bruit de fond en m'y enfonçant, puis plus rien ! Pourquoi ai-je pris mes écouteurs ? Aucune envie d'écouter de musique aujourd'hui ! C'est impressionnant, le calme de la forêt en hiver ! Il n'y a que moi pour le perturber avec le bruit de mes bâtons (tiens un autre haïku) et de ma respiration. Je suis parti dans le courant de l'après-midi, la nuit commence à tomber, j'adore dans ce silence ! Je traverse une pinède dans une ambiance magique avec la lune dans un ciel d'une couleur extraordinaire et les pins qui s'y détachent en ombres chinoises. Ça mérite bien un nouvel arrêt pour d'autres photos.



Et là, ça se réveille !!! D'abord des froissements d'ailes, puis le houhou d'un hibou (ce doit être "mon pote" : il m'accompagne partout où je vais marcher de nuit), et divers bruits bizarres que je n'arrive pas à identifier. Trop cool, je retarde au plus tard le moment d'allumer ma frontale pour profiter au mieux de cet environnement sonore.


Le toucher ? C'est surtout avec les pieds que ça se passe, surtout de nuit quand ils doivent s'adapter aux irrégularités du chemin. Le goût ? J'ai bien gobé un papillon blanc juste avant d'arriver, attiré par le faisceau de ma frontale. Hé bien non, il n'avait aucun goût !



132 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout