• vikingnwr

Fort et vert

Dernière mise à jour : 10 juil. 2020


« Fort et vert », il ne s'agit pas de moi mais du nom des compétions de trail et de marche nordique organisées à Mesnières en Bray, aux confins Est de la Normandie. Pas de montagnes dans le pays de Bray, mais de belles collines qui offrent ce qu’il faut de dénivelé.

Vert… oui à la limite je pourrais me considérer vert, au sens « novice » (à l’occasion d’une de mes premières compétions de marche nordique en ce mois de février 2019). Mais sûrement pas vert, « jeune pousse » loin de là malheureusement !

Fort… non, et sûrement pas pas autant que je l’espérais, vous allez voir…


J’avais décidé, à l’occasion de ma première saison de marche nordique, de m’aligner sur une compétition par mois, histoire de « secouer la pulpe » en préparation de L’OBJECTIF de l’année : les 26km de l’UltraMarin, fin juin à Vannes.

Départ dans le cadre somptueux du parc château de Mesnières par un temps très frais et très humide. Le parcours (10km en nature, ok pour le vert !) présente un profil limpide : un premier gros tiers ascendant, bien ascendant ; une partie plane là-haut ; une belle descente avant de regagner la « voie verte », une ancienne ligne de chemin de fer qui nous ramène au château.

Ma « stratégie » elle aussi était limpide : partir "au taquet" dans la partie montante, maintenir la pression sur le plat, et « gérer » pour redescendre et rentrer.

C’est parti.


Je me fais un peu enfermer au départ bien que m’étant placé vers l’avant du peloton. Je fais tout de suite un effort pour me repositionner dans les premiers, sur un chemin en petite montée une centaine de mètres après la ligne. Un virage à angle droit me permet ensuite de compter 7 concurrents devant moi dont une féminine. J’apprendrai plus tard que c’est Carine, la championne de Normandie de la saison précédente (et rédactrice du premier récit de cette catégorie).

Une première petite portion de bitume (je hais le bitume !) nous emmène vers le chemin montant. Deux concurrents me dépassent et me laissent sur place. De toute évidence, mes lacunes techniques me coûtent cher sur les parties roulantes. J’ai quelques dizaines de mètres « dans la vue » à l’entame du chemin.

La montée n’est pas facile, avec un terrain gras qui rend les appuis fuyants ; ça devient vraiment une galère vers le haut, avec une pente qui se durci, un chemin carrément boueux et de grosses ornières obligeant parfois à passer sur le côté du sentier pour éviter d’avoir de l’eau jusqu’aux chevilles (ou plus ?). Mais bon, je suis pas mal du tout : dans les 10 premiers en arrivant en haut. J’ai dépassé pas mal de coureurs de l’arrière du peloton du trail partis quelques minutes avant nous (sûr que ça aide, les bâtons en montée !) Je rattrape et dépasse l’un des deux concurrents qui m’ont largué en bas sur la portion de bitume.

Un ravito nous attend là-haut. Je le dédaigne (j’ai ce qu’il faut dans mon camelbag) mais je fais quand même un petit coucou aux valeureux bénévoles qui se dévouent pour les concurrents, dans le froid mais le sourire aux lèvres.

Mon "adversaire du jour" me largue à nouveau sur la route plane en haut du parcours. Moi, je marche sur le bas-côté herbeux pour pouvoir planter mes bâtons. Lui déroule «tranquille» sur le bitume (je remarque qu’il a des embouts en caoutchouc à ses bâtons). Je prends de nouveau quelques dizaines de mètres dans la vue avant d'aborder la descente !

J'en remets un coup au début de la descente, technique et caillouteuse, pour finir par le rattraper une nouvelle fois puis le dépasser dans la partie la plus pentue. On n’a clairement pas la même pratique : lui facile sur le plat et les parties roulantes, moi plus à l’aise dans les passages techniques (peut-être mon passé de « trailer » ?) C’est à mon tour de le laisser sur place. Je suis sur le point de rattraper un autre concurrent avant une dernière bosse à 2-3 km de l'arrivée. Et là, ça commence à devenir dur, très dur ! Mes jambes deviennent lourdes, je renonce à recoller et me bagarrer pour gagner une nouvelle place. Bêtement, certainement par manque de lucidité, je n’ai pas sorti mon gel énergétique sensé m’aider à bien terminer. Trop tard maintenant, on est presque arrivé. Je n’ai même pas bu, chose pourtant facile avec la pipette de ma poche à eau. N’importe quoi !

Et puis, brutalement, sur la voie verte et le dernier kilomètre, je n'ai plus de jambes du tout. En fait… si, mais j’ai l’impression qu’elles pèsent 50 kg chacune. Et ça fait mal aux cuisses, raides comme du bois ! Sur les 500 derniers mètres, je m'écroule deux fois : mes jambes ne me soutiennent plus. Des trailers qui arrivent derrière m’aident à me relever, je crois que je n’y serais pas arrivé tout seul. Je n’utilise plus les bâtons pour pousser, mais juste pour essayer de rester debout. Je suis à nouveau dépassé par mon « rival», qui me conseille de ralentir, de me redresser et de bien respirer. Ouais, je fais ce que je peux !...


Je perds quelques place et termine « à la ramasse » en titubant dans l'allée du parc du château de Mesnières. La petite montée qui mène jusqu’à l’arche d’arrivée, à moins de cent mètres depuis l'entrée du parc, m’apparaît comme un "mur" insurmontable. Deux trailers qui arrivent en même temps que moi me soutiennent pour passer la ligne. Yes, c’est fini !!! Merci les gars, qui m’ont aidé à me relever et pour mes derniers pas

Je n'ai jamais terminé une compétition dans un état pareil, même sur marathon ou mes trails les plus difficiles. Une bonne leçon : même sur 10km, il y a intérêt à s'alimenter. Grossière erreur de sous-estimer l'effort et le besoin énergétique pour un « petite marche » !!! Et puis, pour ceux qui assimilent la marche nordique à un sport (de) pépère -ou mémère-, qu’ils aillent donc se « dépouiller » un peu, pour voir.

Résultat :

· 12ème au scratch sur 84 finishers.

· 3ème V3. Zut, sans ma défaillance je fais 2ème ! Pas de regret pour la première place : trop loin devant, ni même pour accrocher Carine, la première féminine (je l’ai eu longtemps en ligne de mire) mais ça allait trop vite pour moi.

· Mon Garmin m’indique 10,3 km à 7,6 km/h de moyenne. Je m’en satisfais compte tenu de la difficulté du parcours et de mon final catastrophique.

· Fréquence cardiaque : 159 pulsations en moyenne. 177 à la fin en terminant au ralenti. Aïe !!! Dans mes sorties habituelles je tourne en 95 et 125 de moyenne selon leur intensité, avec des pointes à 150/160 dans les belles montées.

· Dépense énergétique : 1 140 calories consommées. Ça tombe bien : il faut vraiment que je maigrisse !!!

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout