• vikingnwr

Petite médidation de quadrupède

Dernière mise à jour : 28 juin 2020

On dit souvent que la marche nordique nous transforme en quadrupèdes, les bâtons apportant une aide bienvenue à nos membres inférieurs. !




Télécharger la version Pdf en format "magazine"





Quatre pieds donc. J'en vois deux orientés vers l’extérieur et deux tournés vers l’intérieur. Pas pratique pour marcher ?

Oui bien sûr ! Mais la marche nordique, ce n’est pas uniquement une affaire… de marche.

A bien y regarder, elle est -ou peut l’être- beaucoup plus riche qu’il n’y parait au premier abord.


Deux pieds tournés vers l'extérieur

Un premier pour pleinement apprécier la nature, les paysages et de nouveaux horizons.


Quel marcheur nordique se satisfait longtemps du bitume ? La communion avec la nature fait partie intégrante de notre pratique. Par toutes les saisons et par tous les climats, sur tous types de chemins et d’environnements naturels, nous apprécions à chaque sortie la beauté et la diversité de notre environnement, tous nos sens en éveil. Le chant des oiseaux, un panorama qui nous ravi, croiser le chemin d’un écureuil, d’un chevreuil ou d’une biche (moins d’une famille de sangliers), l’odeur de l’humus ou des champignons en forêt après une belle pluie… Quel bonheur d’être dehors, en pleine possession de nos moyens et en pleine conscience !

Découvrir de nouveaux chemins dans des secteurs qu’on croit pourtant bien connaître, partir à l’aventure lors de séjours plus lointains en acceptant de se perdre pour de belles surprises… Voilà de quoi éprouver de nouvelles sensations et se réjouir d’enchaîner les kilomètres, juste pour voir ce qu’il y a… après.


Un deuxième pour vivre la convivialité du groupe, les rencontres, les échanges.


Retrouver les compagnons, marcheuses et marcheurs, au fil des sorties est certainement un élément déterminant pour sortir les bâtons, même les jours où la motivation est un peu moins au rendez-vous. Le plaisir de se rencontrer, d’échanger, de rire, de ‘’se chambrer’’, parfois de ‘’se tirer la bourre’’ est l’une des composantes essentielles de la pratique en club. Et pour autant, la bienveillance et l’attention à ceux parfois plus en difficulté est toujours de mise.

Le marcheur nordique est un animal social. Au sein de son groupe ou à l’occasion de manifestations ou compétitions, c’est toujours pour lui un plaisir de multiplier les rencontres, dans un esprit confraternel. Ce sont parfois des complicités qui se développent autour de valeurs partagées, au-delà de la passion commune.


Deux pieds orientés vers l’intérieur

Un à l’écoute de nos sensations, à la recherche du progrès, physique et technique


Le marcheur nordique est un sportif. Sans forcément rechercher la performance à tout prix, sa pratique lui permet de se sentir mieux dans son corps. Plus ‘’facile’’ grâce à une pratique régulière, y compris lors de sorties plus exigeantes, il en en ressent aussi tous les bienfaits au quotidien. Objectif compétitif ou pas, constater l’amélioration de ses capacités au fil des sorties est une vraie source de satisfaction, sinon de fierté !

Pour les plus ‘’mordus’’, l’inscription à une compétition est une motivation supplémentaire pour des entraînements plus fréquents et plus intensifs. Le fait de porter un dossard, de se plonger dans l’ambiance d’une ligne de départ, nous procure la décharge d’adrénaline absente lors des sorties habituelles. Quelles que soient nos ambitions, on est souvent surpris de la performance accomplie à des allures qu’on n’imagine pas pouvoir tenir habituellement. Et pourtant, on l’a fait ! Quel plaisir, même si on termine ‘’rincé’’ !


Un dernier pour profiter des moments ‘’avec soi’’


Le bien-être ressenti à l’occasion de sorties solitaires est une occasion de lâcher prise avec le quotidien, de laisser aller ses pensées au fil de leurs envies et parfois d’approfondir la réflexion sur des sujets qui accrochent notre attention.

Est-ce le rythme des pas, les images qui défilent le long du parcours, l’oxygénation du cerveau, les temps de ‘’repos mental’’ quand on reste uniquement concentré sur ses sensations ? Les idées semblent venir tout naturellement, les pensées s’enchaîner plus facilement. Alors autant en profiter pour mettre ces moments à profit pour prendre du recul, se ressourcer, se mobiliser.


Régler les curseurs

Oui la marche nordique peut revêtir des réalités diverses, chacun y trouvant son intérêt, sa vérité, en fonction de ses aspirations et au gré de ses envies du moment. Ce n’est pas la seule pratique sportive qui offre une telle richesse. D’autres activités de sport nature, comme le trail ou le VTT par exemple, présentent des avantages similaires. Mais la marche nordique est sans doute plus accessible au plus grand nombre. Et elle permet de ‘’régler les curseurs’’ plus facilement pour ajuster chacune des dimensions de la pratique à ses attentes.


Passager de son corps

Pour paraphraser Henri de Montherlant quand il décrit le coureur à pied, le marcheur nordique est le ‘’passager de son corps’’. Comme tout passager d’un véhicule, il peut tour à tour admirer le paysage, converser avec ses ‘’co-voituriers’’, tester les performances de sa mécanique ou se laisser aller à ses pensées, quitte à manquer une bifurcation.

Peu importe, l’essentiel est qu’il prenne du plaisir au voyage et arrive à bon port, en pleine forme, physique et mentale.


562 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout